Site officiel de Tréguennec

Vous êtes ici : Accueil du site > Bienvenue à Tréguennec > Histoire > Eglise Notre Dame de Pitié
Publié : 27 septembre 2008

Eglise Notre Dame de Pitié

Bref historique de l’église paroissiale

Eglise Notre Dame de Pitié
L’actuelle église paroissiale n’a acquis ce statut qu’a l’issue des années mouvementées de la Révolution Française : auparavant c’était une chapelle (Notre Dame de Pitié) et l’église paroissiale, bien plus modeste, était au vieux-Bourg. Parcourons maintenant les principaux jalons de son histoire. Des zones d’ombres y apparaissent, que les lecteurs qui auraient des éclairages n’hésitent pas à les partager. _

1537

Le contrat de fondation de la chapelle Notre Dame de Pitié est établi le 9 juin, le seigneur de Kerguiffinec en est le fondateur préeminencier selon les aveux dudit fiefs.
La chapelle est encore appelée Chapelle Neuve, ce qui laisse entendre qu’une autre chapelle précédait. Cette première chapelle se situait-elle au même endroit ? Cette hypothèse est plausible puisque les façades Sud et Nord sont différentes. (appareillages, ouvertures murées).
Les éléments réalisés au milieu du XVI ème siècle sont remarquables : la façade sud, le vitrail produit par l’école de Quimper, les fonds baptismaux, la croix. L’édifice est caractéristique de ces années oû Cap Caval connait son apogée( chapelle et calvaire de Tronoën, église et tour carrée de Penmarc’h ont été achevées il y a tout juste quelques dizaines d’années.
L’Edit d’Union de 1532 a scellé le rattachement de la Bretagne au royaume de France, le duché est calme et prospère, mais la tourmente des guerres de la Ligue est proche : Penmarc’h est mise à sac en 1595 par La Fontenelle. Quels malheurs ont pu s’abattre sur Tréguennec ?

1675

C’est la Révolte des Bonnets Rouges, des paroissiens de Tréguennec se sont joints aux émeutiers. la paroisse va connaître la répression impitoyable des dragons du Duc de Chaulnes : des exécutions, un clocher est décapité. S’agit-il de celui de l’église paroissiale d’alors, située dans le bourg ? C’est improbable, le clocher se trouve au beau milieu de l’édifice. Il ne peut donc s’agir que de celui de Notre Dame de Pitié.
Rien ne nous renseigne sur le clocher d’origine, le seul élément qui pourrait en provenir semble avoir été le bloc de granit, visible au pied du pignon, qui en constitue la pointe. Le clocher était-il à l’image de son voisin et contemporain de Plovan ? D’un autre voisin ?




Époque révolutionnaire, Empire, Restauration

Après la révolution les biens de l’Église deviennent bien nationaux et sont mis en vente.
La Chapelle Neuve de Tréguennec et son cimetière sont mis aux enchères à Point Croix, une première fois le 3 brumaire de l’an III (24 octobre 1794) sans succès, puis le 25 brumaire ( 15 novembre). Louis QUITOT, de Kervillic, l’emporte pour la somme de 400 livres.
L’acquéreur décède quelques années plus tard, sans en avoir tiré quelque parti. Ses successeurs, considérant l’importance et l’urgence des réparations, souhaitent "faire abandon à la mairie de Tréguennec en exigeant le remboursement de tout ce qu’elle a coûté suivant le tableau de dépréciation du papier monnaie à l’époque de l’acquisition". _ La démarche n’aboutit pas, et finalement la Chapelle Neuve et son cimetière sont vendus à un groupe de paroissiens emmenés par Jean-Hervé Le Bastard de Kerguiffinec, devant Maître Arnoult, notaire à Pont-L’Abbé, le 15 novembre 1802.
L’église paroissiale située au Vieux Bourg tombant en ruines, la Chapelle Neuve va servir d’église paroissiale.

1830-1870

La chapelle Notre Dame de Pitié a maintenant une sacristie et un porche comme toute église paroissiale, mais dans le langage courant elle reste toujours "La Chapelle" jusque dans les années 50 où c’est toujours par "Ar Chapel" qu’elle est désignée.
La fabrique, nom donné à la paroisse, lui apporte progressivement ce qui est nécessaire au culte : chaire à prêcher, confessionnal, autel, balustrade, piliers à l’entrée du cimetière ...
Le 24 mai 1863, le conseil de fabrique, au vu du projet établi par l’architecte Bigot, demande à l’évêque l’autorisation d’édifier un clocher. Il est réalisé en 1864 par l’entrepreneur Le Naour.

Croquis de J. ROBUCHON Paysages et monuments de la Bretagne de Jules César Robuchon - 1887 (texte original en document joint)

XX ème siècle

L’église n’a pas connu de faits marquants, hormis la restauration de quelques uns de ses joyaux : statuaire dans les années 60, puis le vitrail et la consolidation du pignon.
Une nouvelle cloche a été installée en 1949.

2007-2008- 2009

Des travaux de restauration de l’ensemble de l’édifice sont entrepris. Ils se termineront au deuxième semestre 2009.
Sur certains piliers et ogives des décors insoupçonnés, à base de motifs géométriques, ont été mis à jour.
L’église est en bonne voie pour célébrer dignement ses 500 ans.

JPG - 653.4 ko
Description de J ROBUCHON 1887

.